By

Le Temps D’une Walima, et le bijou de créateur devient pièce unique

Le Temps D’une Walima, un parcours et des bijoux à admirer

Notre lauréate du jour a toujours eu le goût pour la création et l’entreprenariat. Après de brillantes études et des expériences professionnelles enrichissantes, Hafida a écouter son cœur et a fait de sa passion, la création de bijoux, son métier. Ainsi, elle a créé Le Temps D’une Walima une marque de bijoux faits-main, uniques et originaux, réalisés avec des éléments de grands Créateurs de bijoux.

N’oubliez pas d’écouter la suite de son interview disponible à la fin de l’article.

Quelle est votre parcours Hafida ?

Je viens d’être diplômée d’un master 2 en économie internationale spécialisé dans le conseil en organisation, stratégie et information à la Sorbonne à Paris. J’ai toujours travaillé pendant mes études tout d’abord en tant que vendeuse chez Etam pendant 3 ans puis j’ai arrêté après mon retour de omra pour garder mon hijab et c’est là que j’ai monté ma marque de bijoux pour financer mes études (un job étudiant à la base).
Après cela, j’ai été en stage chez « groupehalal » pendant mon master 1 lors de leur lancement, puis j’ai travaillé en tant que consultante chez Accenture (avec le hijab ) pendant 6 mois mais ça ne m’a pas du tout plu. Pendant mon cursus, j’ai eu l’occasion d’échanger avec beaucoup de créateurs d’entreprise comme Hadj Khelil, fondateur de Bionoor (ndlr : partenaire de la Quinzaine).

LeTempDuneWalima

Vous êtes une entrepreneuse musulmane ; présentez-nous votre entreprise

Mon entreprise propose une offre de bijoux et accessoires (bijoux basiques : sautoirs , bracelets mais aussi de bijoux de corps, diadème ) ainsi qu’un service de création de bijoux sur-mesure notamment pour les mariées, qu’elles désirent porter lors de leur Walima. Ma spécificité, et ce pourquoi j’ai gagné un concours de création d’entreprise, est que j’utilise du matériel provenant de stocks de créateurs parisiens notamment : je rachète donc leurs stocks d’apprêts pour les réutiliser. Je propose aussi beaucoup de créations brodées. C’est du Made in Paris puisque j’ai gardé une partie de l’atelier à Paris chez mes parents.

Est-ce la première fois que vous vous lancez dans un tel projet ?

Oui, à moins que vendre des billes dans les cours de récré compte ? (rires). C’est la première fois mais cela a toujours trotté dans ma tête depuis l’enfance, comme une vocation.

Comment avez-vous eu cette idée ?

Cela a sérieusement commencé quand j’ai travaillé en tant que vendeuse, mes managers jetaient les bijoux alors je les réparais puis je commençais à créer mes propres bijoux avec les pièces cassées ( j’utilisais par exemple, mes paires de boucles d’oreilles comme pendentifs). Bien que depuis le collège je customisais mes vêtement en les brodant, je n’avais pas encore envisagé de me lancer professionnellement, j’avais peur . J’ai commencé à offrir mes créations puis suivant le conseil d’amies je me suis lancée et mes parents connaissant des rédactrices de magazines de mode leur ont montré mes créations qui plaisaient. J’ai donc fait salat istikhara et quelques jours après j’ai rencontré une femme dans un vide-grenier avec des tonnes d’apprêts et des bijoux qu’elle vendait. On a échangé nos numéros pour que je puisse fouiner dans son stocks et Tadam ! C’était une créatrice de bijoux de luxe qui vend à l’international et parallèlement créatrice de bijoux fantaisie . Elle m’a revendu son stock quand il ne lui restait plus assez de séries pour continuer. Elle m’a dit que j’avais retenu son attention car j’étais « la fille voilée chic » (rires). Pour moi, c’était une réponse à ma demande qu’Allah Subhan wa Ta3ala m’a facilité .

Quel est votre produit phare et pourquoi est-il si spécial ?

Je dirais mon bijou de front en laiton et strass. Les pièces qui le composent proviennent de bijoux que je démonte pour remonter et créer une nouvelle pièce ; là est l’art de trouver le potentiel d’un bijou qui seul, est banal.

bijou de front

Côté organisation, décrivez-nous votre journée type

Petit déjeuner avec mon mari, ménage, connexion au site internet, veille, organisation, téléphone à ma mère (tous les jours, elle me manque tellement) croquis, déjeuné, traitement des commandes, prospection, recherche d’idées et de partenariat. Pour l’instant c’est encore un peu confus car je viens de finir mes études, de me marier et de déménager 3 fois donc il me faut encore trouver mes repères. Point encourageant, je viens de connecter mon PC sur internet depuis hier ça change tout car avec une tablette on optimise rien du tout (rires).

Bien entendu il y a le temps pour chacune des prières et un temps religion dans la journée avec des rappels constants et de la méditation ne serait-ce qu’en voyant des plantes pousser.

Quelle est votre astuce pour allier vie personnelle et vie professionnelle ?

J’oublie le travail quand je suis en famille et je fais tout quand je suis seule.

L’argent est souvent un problème pour les entrepreneuses, comment avez-vous financé votre entreprise ?

Un de mes principes de base est 0 prêt à la banque. Etant une économiste acharnée je sais combien les ficelles du métier sont vicieuses. Depuis mon enfance (14 ans) je travaille et j’ai mis toujours un peu de côté el hamdoulilah .

Qu’est-ce que vous vous êtes offert avec votre premier salaire ?

Pour l’instant je n’ai pas encore de salaire mais el hamdoulilah le rizk vient d’Allah et je me dis que si Allah met Sa Baraka même dans 5€ alors ça vaut plus que tout l’or du monde.

Quand on est entrepreneuse, on aimerait souvent déléguer pour se consacrer au cœur de son activité. Imaginez que vous pouvez embaucher, pour quel poste ce serait ?

In sha ‘Allah pour la production en grande quantité. Je déléguerai aussi pour la broderie car je brode beaucoup et réalise des bijoux de tête entièrement brodés à la main.

Quand vous pensez à ce que vous avez réalisé avec ce projet, quelle est votre plus grande fierté ?

Que je puisse travailler de chez moi et quand des clientes me disent qu’elles trouvent cela magnifique ou que mon mari me dise qu’il est fière de moi.

En quoi le parcours d’une créatrice de bijoux peut-il inspirer d’autres personnes, Hafida ?

Ne jamais baisser les bras, Hijab ou pas on peut y arriver. Quand mon professeur a dit en cours l’entreprise chez qui j’ai été engagé, tous les élèves se sont retournés car ils pensaient que j’allais être celle qui n’aurait pas son année, ni son stage, ni un boulot. Le Hijab est sur ma tête il ne voile pas mon cerveau. Par ailleurs, mes parents ont dû travailler tôt : ma mère a travaillé à l’âge de 10 ans mon père à 13 ans et el hamdoulilah, ils nous ont offert une bonne éducation, je n’ai jamais eu de cours particuliers mais je me suis toujours battue pour avoir les meilleurs lycées les meilleures mentions el hamdoulilah. Battez-vous et faites les bons choix.

Enfin Hafida, dites-nous dans quelle mesure intégrez-vous l’éthique musulmane dans votre entreprise ?

Tout d’abord la Tijara, le commerce est une activité que le prophète sala’ Allah 3ali wa selem a béni.
Je ne revendique pas l’islam ouvertement même si le mot Walima est très explicite mais j’intègre ses valeurs dans mon travail : honnêteté , franchise sur la marchandise, au niveau des acomptes il existe une règle que j’applique sur les commandes sur mesure.
Enfin, avant de lancer mon entreprise j’ai consulté Le Très Haut, et ait consulté un savant de Mecca concernant des questions particulières. En somme l’éthique islamique est présente dans tout mon travail.

Cette année, Akhawate Business vous propose, en plus d’un article qui consacre les lauréates de la quinzaine, une interview enregistrée et mise en ligne sur notre chaine Youtube.

Ecoutez Maintenant la suite de l’interview de Hafida, notre créatrice de bijoux

Qu’Allah vous facilite votre activité et vous augmente en savoir-faire. Nous retrouvons toutes vos créations sur votre e-boutique >> Le Temps D’une Walima, et nous invitons tout le monde à rejoindre votre page facebook >> Le Temps D’une Walima

Akhawate Business

Akhawate Business oeuvre pour la promotion de l'entrepreneuriat féminin selon l'éthique musulmane

3 Responses to Le Temps D’une Walima, et le bijou de créateur devient pièce unique

  1. Bonne continuation à toi oukhti, je te souhaite plein de petites et grandes réussites inchaallah !

  2. Sophie says:

    Je ne savais pas pour tes matières premières. C’est très important comme détail. Marre de voir ces pacotilles de chine qui tournent partout )))

  3. Mille merci à vous les filles oui c’est vrai qu’on voit des doubons partout mais même de scréateurs achètent en chine mai au moins en passant via leur stock je sais qu’ils ne gardent que les meilleurs produits car ils vendent dans des grands magasins comme les gallerie lafayette ou franck et fils donc ils filtrent eux même ^^

Laisser un commentaire