By

Ce que je dis et ce que je fais : la cohérence des musulmans en question

La cohérence psychologique et comportementale appliquée au business

Lorsque nous lisons les médias sociaux et que nous échangeons entre entrepreneuses, nous pouvons constater souvent la même doléance concernant le dépistage d’attitudes hypocrites ou le constat d’une certaine naïveté sur ce qui est cohérent et acceptable d’un point islamique ou sous le prisme de l’intégrité en général. Dans le but de donner à nos businesswomen des pistes de développement personnel et professionnel, je vais tenter in sha Allah d’exposer une proposition d’outillage pour à la fois rester (ou devenir) intègre, dépister ce qui est potentiellement contradictoire et envisager une stratégie pour y faire face.

lion-chat-copie

Analyse de sa propre cohérence

A titre d’explicitation, commençons sans langue de bois. D’aucune déclare une appartenance religieuse tant dans leur appellation que dans le choix de leurs sujets ou de leurs aspirations éthiques. Autrement dit beaucoup parmi nous affichent leur islamité dans leur nom d’entrepreneuse ou dans leurs choix de produits ou services. Cela est bien sûr partie prenante de processus identitaires tant il est vrai que nous nous construisons en tant que croyante mais cela pose également la question de la responsabilité. Responsabilité de l’étiquette découlant de l’apparat car je ne peux avoir de « muslima » que le nom, responsabilité en tant que témoin de la religion (car c’est ainsi qu’Allah (SWT) désigna le genre humain sur terre) mais surtout de ce que cela implique de la mise en pratique concrète des connaissances que nous sommes censées agir alors que nous nous prônons soumises au Créateur. Le choix communautaire peut certes être le fruit d’une segmentation client, mais notre éthique doit être plus profonde que le choix d’un champ lexical, elle doit nous pousser à passer au crible de la cohérence intègre, ce que l’on agit, les choix que nous faisons et nos méthodes de travail.

« Comment ? » me direz-vous. La réponse est simple, il suffit d’abord de consulter son Créateur et de L’invoquer, ensuite de consulter les créatures qui suivent un chemin emprunt de droiture et enfin de faire un effort pour considérer comment peut être reçu, compris, interprété, mis à profit et utilisé ce que l’on vend, prône ou prodigue.

Être consciente qu’agir en contradiction avec ses croyances peut amener à modifier sa conviction

Il peut arriver, dans un moment de doute ou de découragement et au fil des circonstances, d’être tentée d’agir en contradiction avec ses croyances. Outre le fait de comptabiliser une mauvaise action, les répercutions peuvent également être toutes autres.

Selon la théorie de la dissonance cognitive de Leon Festinger (1957), c’est ce qui s’appelle se comporter de manière dissonante. Je vous entends jusqu’à ma chaise de bureau ;) « Qu’est ce qu’elle dit? » Elle dit que lorsqu’on se trouve dans le cas de figure décrit plus haut, on est normalement un peu tendue ou stressée. C’est l’état de dissonance à proprement dit. Dans cette situation, le risque pour l’intégrité en général (et la notre pour le coup), est que pour réduire cet état de tension, en général les personnes peuvent « inconsciemment » modifier leur croyance et/ou leur attitude dans le sens de l’acte et ainsi apaiser leur stress et se donner bonne conscience.

Ce mécanisme n’est en soi pas pathologique, le risque que nous souhaitons pointer ici pour nos entrepreneuses est relatif au danger de la compromission. C’est-à-dire que lorsqu’on est tentée, pour les biens d’ici bas, d’agir contrairement à nos principes, il est un mécanisme humain naturel quasi systématique qui consiste en la justification de nos actions, certes, mais surtout en l’adaptation de nos opinions pour qu’elles coïncident avec ce nouveau comportement. Autrement dit, nous sommes influencées par nos propres attitudes et par nos propres comportements. Faire des compromis peut ne pas être que passager, cela peut réellement modifier qui nous sommes.

“Celui qui imite un peuple en fait partie”

Hadith recueilli par L’Imam Ahmad et Abou Dawoud

Ré-sister

Concrètement, je travaille avec cette sœur douée d’une grande élocution, elle tchatche super bien ma sah Allah ! Elle est également une source d’inspiration tant il est vrai qu’elle est reconnue dans la communauté musulmane tant au niveau de son intellect que de son engagement citoyen. Une telle figure acquière auprès de son auditoire une certaine influence d’autant que cette dite influence est peu visible et qu’elle ne devient palpable que lorsqu’un dérèglement se fait sentir. C’est-à-dire qu’une personne généralement cultivée et active dans la oumma développe en douce un certain poids dans la « muslimo- sphère » mais que toutefois ce poids n’est vraiment évident qu’en cas de « problème ».

 qui est ce

Il n’est pas aisé d’avoir le cran de remettre en question une pratique d’autant que cela risque de mettre en péril notre adhésion au groupe et les liens affectifs qui se jouaient dans le sens de la cohésion. Il fait bon au sein du groupe, nous nous aimons bien et lever une voix contradictoire peut briser le maillage rassurant de celui-ci. Remettre en question des avis erronés implique de pouvoir faire face à l’inconfort et à la déception. De facto il est courant d’observer que les personnes minimisent, oublient ou se détournent de ce qui va à l’encontre de leurs opinions. Or une démarche éthique doit pouvoir nous porter pour faire preuve d’indépendance affective et de rationalité plutôt que de passion ou/et d’attachement aux créatures.

Il n’y a que Al Quduss, Celui qui est bien loin de tout défaut, qui est digne d’être loué.

C’est en fait un vaste sujet que nous avons abordé de manière brève mais nous souhaitons ici mettre le focus sur le fait que la cohérence de valeurs entre ce que nous faisons et nous disons est capitale pour notre réussite tant dans l’ici bas que dans l’au delà. Elle ne s’achète ou ne se déclare pas simplement. Somme toute, elle ne peut être une mince affaire, elle nécessite une remise en question permanente de ce que nous sommes, de ce que nous agissons et des liens qui nous unissent à nos collaborateurs.

Soyons réfléchies, soyons actives, soyons intelligentes et prolifiques.

Antoine Emilie, Psychologue en ligne et
Consultante en coaching, motivation et développement personnel/ professionnel et thérapie.
www.mapsyenlignechezmoi.fr

Emilie Antoine

Psychologue, Consultante en Coaching, Thérapie et Développement Personnel et Professionnel chez www.mapsyenlignechezmoi.fr
Emilie, psychologue et consultante, je suis aussi une soeur, une fille et une amie. Tantôt blagueuse tantôt rêveuse, je me fais bibliophile, coureuse ou roller-bladeuse. Je suis férue et animée par la Connaissance et c’est ce qui m’a mené et me mène vers : « Lis au Nom de Ton Seigneur qui a tout crée » (s96,v1).

4 Responses to Ce que je dis et ce que je fais : la cohérence des musulmans en question

  1. Salam aleikoum oukhty !

    Barak Allah oufik pour cet article très instructif et très profond, de quoi nous remettre les idées en place et attaquer la semaine sereinement incha Allah !

  2. Nadia BD says:

    Salam Aleikoum Emilie, ton article est clairvoyant et en tout point pertinent. A méditer avec beaucoup d ‘intérêt Inchallah. On peut tous se retrouver dans tes écrits et ce dans toutes les sphères dans lesquelles nous évoluons. Qu’Allah nous guide;

  3. Assalam alaykoum,

    Le jour où j’ai compris c’était quoi une dissonance cognitive et ses effets je n’ai plus été le même ;-) Baraka Allahou fiki pour cet article très pertinent.

  4. Pingback: ForMyCom, agence de communication, sponsor de la quinzaine |

Laisser un commentaire