By

Leader sous mon voile

Pour un leadership de la femme musulmane

Le 24 Novembre 2012, Isabelle Cautiau est élue « meilleure nounou de France ». Parmi le millier de candidates, cette femme musulmane voilée a remporté le titre de meilleure Nanny 2012. Ce prix qui vient récompenser ses compétences et son expérience d’assistante maternelle est chargé de symboles. En effet, le 17 janvier 2012 un projet de loi est passé au Sénat obligeant les assistantes maternelles à respecter « une neutralité religieuse dans le cours de (leur) activité d’accueil d’enfant ». Toutefois, l’assemblée ne l’ayant pas encore examiné, ce projet de loi reste en suspens. Le choix du jury de cette élection balaye donc tous les préjugés et toutes les polémiques autour du voile et des compétences de la femme musulmane et délivre un message de reconnaissance et d’espoir pour celles-ci.

femme_musulmane_leadership

Comme le disait Ibn Baz, qu’Allah lui fasse miséricorde : «Les femmes représentent la moitié de la communauté, et elles éduquent l’autre moitié, elles sont en quelque sorte toute la communauté.». Si les femmes font face à de graves difficultés (en terme d’emploi notamment) et si leurs droits sont bafoués, comment peuvent-elles éduquer sereinement le reste de la communauté ? Incontestablement, la communauté musulmane a besoin d’avoir de femmes fortes pour avancer.

Si on veut restaurer notre Karamah, la dignité que l’islam nous a offert, nous devons rapidement nous occuper des problèmes que les femmes rencontrent. Et ceci n’est possible que si les femmes prennent conscience du rôle qu’elles devraient endosser dans nos sociétés et que si elles s’engagent à améliorer leur situation. C’est pour cela que la communauté a besoin de créer ou retrouver le leadership de la femme musulmane.

Pourquoi avons-nous besoin de ce leadership?

Pendant la jahilia (ère pré-islamique, qui signifie ignorance), les femmes avaient peu ou pas de droits : elles ne donnaient pas leur avis, elles pouvaient être héritées au même titre qu’on héritait d’argent, de mobilier ou de maison ; les nouveaux-nées étaient enterrées vivantes, etc. En somme, la situation des femmes était dramatique. Puis l’islam fut révélé, donnant de ce fait aux femmes leur dignité et leurs droits. Enterrer des petites filles est condamné et interdit, le fait même d’avoir une fille ne doit plus être considéré comme un fardeau ; l’accord de la jeune mariée est nécessaire pour le mariage ; les femmes ont le droit d’hériter et ne sont plus héritées et de manière générale, les femmes sont appelées à participer activement et positivement à la vie de la communauté. L’islam a sorti les femmes des ténèbres vers la lumière.

Malheureusement, plusieurs pratiques de la jahilia sont toujours courantes dans certains pays. Une fois de plus, de vieilles coutumes et l’ignorance des enseignements de l’islam menacent les droits des femmes. Il devient donc urgent de mettre en place une stratégie de leadership, une stratégie dont le but est de rendre à la femme musulmane ses droits et sa dignité tout en l’appelant à occuper un rôle clé dans la communauté.

Comment créer le leadership ?

Warren Bennis, un pionnier dans les études sur le leadership, propose une définition intéressante du concept : « Le leadership est la faculté de se connaître soi même, d’avoir une vision qui est bien partagée, de construire un état de confiance entre collègues, et de prendre des mesures efficaces tendant à faire prendre conscience de son propre potentiel de leadership. » (Bennis et Nanus, 1985)

Le premier point abordé est un élément central du leadership : l’identité !

Beaucoup de femmes musulmanes cherchent encore qui elles sont et qui elles devraient être. Prises entre les valeurs occidentales, musulmanes et parfois de leur culture d’origine, elles se retrouvent souvent face à des dilemmes comme celui de choisir entre sa carrière et sa vie de famille ou sa pratique religieuse. Il est donc important de dessiner, connaître et développer notre propre identité. Pour y arriver, nous pouvons nous inspirer de centaines de femmes musulmanes (musulmanes dans le sens de soumission totale à Allah, l’Unique) : Marie (paix sur elle) symbolise la droiture et la dévotion ; la sœur de Moïse (paix sur lui) a prouvé son intelligence ; Balqis, reine de Saba, était connue pour sa sagesse ; Khadija  (qu’Allah l’agrée) était une riche femme d’affaires de la Mecque ; Shifa Bint Abdallah était la première enseignante musulmane ; Safia bint Abd Al Muttalib a montré un incroyable courage pendant la bataille du fossé… Toutes ont indéniablement marqué l’histoire par leur piété, leur droiture, et leur exemplarité dans leur pratique religieuse et leur comportement. Sans doute pouvons-nous trouver en ces femmes une merveilleuse source d’inspiration qui nous aidera incontestablement à construire l’identité des femmes musulmanes contemporaines.

Le second point crucial sur lequel nos efforts doivent porter est l’éducation.

Il est essentiel de promouvoir l’éducation des femmes aussi bien le domaine religieux que profane. D’une part, connaître les enseignements religieux c’est connaître le sens de son existence, ses devoirs envers le Très-Haut et envers Ses créatures, mais cela sous-entend également la connaissance de ses droits ce qui permet alors de les défendre et de les réclamer. Apprendre et appliquer les principes de l’islam est le seul chemin du succès dans cette vie et dans l’au-delà. Les femmes ont, sans conteste, été avantagé par la révélation de l’islam, il ne faut donc pas perdre ou oublier ces privilèges accordés, mais il faut les connaître, les prendre et les défendre.

D’autre part, les pays occidentaux offrent les meilleurs systèmes éducatifs, et contrairement à de nombreux pays « musulmans », ils forment des leaders et non pas des suiveurs. Par conséquent, l’interaction avec l’occident ne doit pas être perçu seulement comme un danger ou un mal, car en réalité elle représente aussi une opportunité qui peut profiter aux femmes musulmanes ainsi qu’à l’ensemble de la communauté.

A vous de jouer, Akhawate !

Nous, femmes musulmanes devons arrêter de nous plaindre de notre sort ; continuer à se lamenter et à se victimiser ne servira qu’à alimenter les sentiments d’humiliation et de frustration. Par ailleurs, si l’on ne résiste pas mais qu’on renonce quand on est face à des défis tels que la discrimination en entreprise à cause du voile ou le refus à l’éducation des filles, nous resterons alors exclues de la société. Accepter de relever ces défis nous aidera à construire notre personnalité, nous redonnera notre honneur et fera naître des leaders au sein de la communauté. Enfin, cela nous poussera à être créatives et à trouver des solutions qui satisferont notre aspiration au succès dans les deux mondes.

Il paraît évident que nous possédons toutes les cartes en main pour jouer à nouveau un rôle important dans la communauté et dans les sociétés non-musulmanes, et nous ne devons jamais oublier ce verset pour nous motiver encore : « En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes. » [S.13 Le Tonnerre ; v.11]

Pour finir, Dr. Tarek Suwaidan, un brillant entrepreneur Koweïtien, également auteur et prêcheur musulman, livre un conseil concernant le leadership, que nous pouvons appliquer aux femmes musulmanes : « pour réussir, un leader doit avoir une vision claire et doit savoir ce qu’il/elle va faire à long terme. Il/elle doit garder l’équilibre entre le corps et l’esprit, et le cœur et le cerveau ainsi que dans ses relations.» (séminaire « le leadership parfait »)

Maintenant, chères sœurs, c’est à nous d’oeuvrer pour notre futur et celui de notre communauté, et avec l’aide et l’autorisation d’Allah, nous réussirons.

>>>>>>>> Ça vous a plu ?
Inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir les prochains articles :

Louiza B

Louiza B

Ex-entrepreneuse, Louiza est co-fondatrice et aujourd'hui présidente d'Akhawate Business. Ses centres d'intérêts comptent l'entreprenariat, la gestion de projet, le développement personnel, le commerce en islam, le leadership.
Louiza B

6 Responses to Leader sous mon voile

  1. Très bel article qui fait prendre conscience de beaucoup de choses mashaAllah
    A nous de jouer maintenant bi idni lah

  2. Sag says:

    Salaam Aleikoum!
    Article qui a le don de me REBOOSTER dans mes études!
    BarakaALLAHU fikoum!

  3. Pingback: Je copie les autres et alors ? Commerce Islam concurrence

  4. Pingback: Suis-je faite pour devenir entrepreneuse ? |

  5. salam alikom akhawat,
    la situation de la femme musulmane voilée n’est en effet pas très enviable en France.Mais votre facon de voir les chose semble etre la seule solution qui s’impose à nous.A force de subir le mépris,nous avons perdu confiance en nos capacités et en notre potentiel.Eduquons nous, instruisons nous ,entraidons nous,remettons nous en à Allah(azawajal) et bi idhn Allah ,nous parviendrons à surmonter les obstacles mis en travers de notre route par nos ennemis.
    Qu’Allah guide et protège la oumma.Amine.

  6. kh says:

    La situation des femmes musulmanes voilées est en vrai recule au Maroc « un pays dont la religion officielle est l’islam » discrimination en entreprise, dans les écoles, universites, refus d’emploi à cause du voile. C’est une injustice et un atteint à la liberté de toutes les femmes quelque sooit leur conviction religieuse. Le convictions religieuses sont des libertés individuelles. Il faut agir pour surmonter ces obstacles!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *